Eric LAMOURET - Président du SYCRA

Bloquez vos agendas pour être tous présents à notre ASSEMBLÉE GÉNÉRALE du mercredi 25 avril 2018

Madame, Monsieur,
Chers Adhérents,
Chers Confrères
et Chères Consoeurs,

L’Assemblée Générale du SYCRA va se tenir le mercredi 25 avril prochain à l’hôtel Lyon Métropole dans le 9ème arrondissement de Lyon, merci de bloquer vos agendas dès maintenant pour être tous là le jour J. Au moment où l’assurance a été sélectionnée avec la cyber-sécurité et l’ingénierie comme l’une des trois nouvelles filières d’excellence valorisée par la Métropole de Lyon et que cela est même inscrit dans son schéma de développement 2016-2020, fort de sa longue tradition activiste et de sa représentativité régionale, le SYCRA doit être en mesure de faire une démonstration de force de sa capacité de mobilisation de l’ensemble de ses adhérents pour réaffirmer notre leadership au sein de la famille des intermédiaires en assurance et illustrer très concrètement notre implication dans le devenir de l’assurance, tout particulièrement dans notre région leader qui se veut exemplaire en mettant en oeuvre le premier Cluster de l’Assurance au sein duquel votre syndicat est extrêmement impliqué.

Ayant été porté au 1er janvier à la Présidence de l’Association Interprofessionnelle de l’Assurance Lyonnaise
(AIAL), regroupant les 6 grandes familles de l’assurance (https://www.aial.org), il est primordial d’avoir avec
moi le soutien de l’ensemble des adhérents du SYCRA, ne serait-ce que pour connaître clairement vos positions
individuelles sur la transformation sans précédent que vit notre corporation face à la réglementation, la digitalisation, les nouveaux modes de distribution, la nécessité de réinventer en continue la relation client,
mais aussi avoir un point de situation concret sur l’état d’avancement de vos travaux au sein de vos cabinets
pour être en conformité avec les échéances réglementaires, DDA– Directive Distribution d’Assurances – ( entrée en vigueur repoussée du 23 février 2018 au 1er octobre 2018), RGPD – Règlement Général sur la Protection
des Données (application au 25 mai 2018), sans oublier votre politique interne en terme de formation continue obligatoire d’une durée minimum de 15 heures par an et par personne.

Vous le voyez, cette année encore, votre présence est non seulement requise, mais indispensable, tant le contexte métier et les décisions que nous devons prendre ensemble sont d’une extrême importance,
notre syndicat devant se donner les moyens de sa représentativité et de sa capacité à sans cesse se renouveler pour assurer son avenir et rester un interlocuteur clé des instances professionnelles et économiques de la grande région Auvergne- Rhône-Alpes. Ce syndicat n’est pasUN syndicat, c’est VOTRE syndicat, aucun d’entre nous ne doit rester passif et se dire que bon an, mal an, les choses avanceront et se régleront d’elles-mêmes par l’implication de seulement quelques-uns, vous savez que c’est une illusion. Soyons tous solidaires et proactifs, parce qu’en qualité de courtiers, nous incarnons la race noble des distributeurs qui jouiront de plus en plus d’une position de force stratégique en tant que propriétaires de l’expérience client, un atout majeur dans ce contexte en perpétuel mouvement !


En souhaitant très vivement vous retrouver TOUS, à l’idéal, physiquement ou le cas échéant (seulement si vous ne pouvez vraiment pas faire autrement) représentés par le pouvoir que vous donnerez à l’adhérent de votre choix, les enjeux méritent vraiment votre mobilisation et votre venue pour cette matinée, ce n’est qu’une fois dans l’année, nous vous annoncerons par ailleurs tout prochainement le nom de notre invité pour cette Assemblée Générale 2018, sachons ménager le suspense pour vous maintenir amicalement et très confraternellement en haleine…

Avant de vous laisser reprendre le cours normal de vos activités, permettez-moi de revenir sur un sujet qui agite depuis quelques semaines le milieu de l’assurance, et qui doit indubitablement résonner d’autant plus chez chacun d’entre nous au moment où nous sommes dans la dernière ligne droite pour la DDA : je veux évidemment parler des quelques acteurs de l’assurance construction, agissant en libre prestation de service (LPS), qui traversent une période de grosses difficultés voire se retrouvent en faillite, citons sans les stigmatiser, des sociétés comme Elite, Alpha, SFS, CBL, EISL, et plus largement, les acteurs intervenant en libre prestation de service. La situation est suffisamment préoccupante pour que concernant CBL Insurance Europe, l’ACPR se fende d’une notification d’alerte le 20 février 2018 pour exhorter les intermédiaires d’assurance à ne pas continuer à commercialiser en France les contrats de cet assureur proposés par les courtiers grossistes SFS et EISL et à ne pas les renouveler à leur échéance. De même, l’association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise (AMRAE) vient de lancer un « appel à la vigilance ». Nul besoin de vous rappeler qu’en cas de faillite d’un assureur, une entreprise qui a payé une police d’assurance
chez lui peut se retrouver sans couverture en cas de sinistre, le Fonds de garantie des assurances obligatoires (FGAO) couvrant en effet la dommages-ouvrage mais pas la responsabilité décennale !
Vous connaissez les conséquences désastreuses que cela peut engendrer chez les entreprises concernées, soit en devant assumer sur ses fonds propres les réparations des sinistres, soit en devant retrouver une autre solution d’assurances en payant implicitement deux fois les primes !

Le devoir de conseil des intermédiaires d’assurance prend ici tout son sens, et nous rappelle l’importance
de choisir le mieux disant et pas seulement le moins disant, le prix ne doit pas être le seul critère déterminant
dans le choix d’une offre appropriée, ce serait une négation de la valeur ajoutée de laquelle chaque courtier
d’assurance doit s’enorgueillir.

Au moment où les autorités de régulation resserrent l’étau quant à la mise conformité réglementaire de notre profession, il est utile de rappeler l’importance du rôle préventif de ces mêmes autorités de régulation en France et dans tous les pays de l’Espace économique européen, mais elles doivent veiller à ce que ces contrôles et la prévention des risques soit assurés de la même manière dans tous les pays dans le respect d’une saine concurrence, d’autant plus sur une matière aussi spécifique que celle du marché de la construction en France avec ses particularités, en étant conscient que les conséquences sur cette filière se prolongeront sur les dix années à venir ! La réponse aux dérives constatées passe d’évidence par un renforcement des procédures de contrôles entre régulateurs.

Ne soyons pas en reste de notre côté en qualité de courtiers d’assurance, même si on peut tenter de se rassurer en disant que l’intermédiaire ne peut pas jouer le rôle de garant de l’assureur défaillant, car dans les mesures phares de la DDA, il y a les règles à respecter en matière d’obligation précontractuelle d’information à l’égard des clients, à la fois en termes de modalités de distribution avec entre autres la transmission systématique de la liste des assureurs partenaires (les intermédiaires d’assurance sont tenus de vérifier que les assureurs dont ils proposent les services disposent d’un agrément, d’une licence valable), mais aussi en veillant à ce que la solution proposée réponde aux besoins précis du client. Preuve s’il en est de l’importance de bien vérifier votre couverture de responsabilité civile professionnelle…

Bonne réflexion et à très vite, rendez-vous le mercredi 25 avril pour notre Assemblée Générale 2018.
Confraternellement vôtre.

Les commentaires sont désactivés.